Actualités - vendredi, 10 juillet 2020

Julien Gracq et son amour pour le plateau de l’Aubrac, « cette mer de la lune »

Julien Gracq fut le seul écrivain français à refuser le prix Goncourt qui lui est attribué en 1951 pour son troisième roman Le Rivage des Syrtes. Il n’a en revanche pas refusé de se rendre sur le plateau de l’Aubrac.

L’été est propice à la lecture, et Forge de Laguiole vous invite à (re)découvrir une série d’écrivains ayant posé le nom de l’Aubrac et les alentours de Laguiole dans leurs écrits. Connaissez-vous Julien Gracq ? Professeur agrégé d’histoire-géographie, c’est cette dernière discipline qu’il enseigna près de trente ans sous le nom de Louis Poirier. Géographe, donc, le romancier consacrait tout ce que l’écriture et l’enseignement lui laissaient de temps aux pérégrinations littéraires et à l’exploration minutieuse des paysages notamment français.

Lecteur assidu, entre mille autres livres, de Jules Verne et du Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de La Blache, il fut un amoureux fou du plateau d’Aubrac et de ses villages.

Ainsi commençons par cette évocation « Une attraction sans violence, mais difficilement résistible, me ramène d’année en année, encore et encore, vers les hautes surfaces nues – basaltes ou calcaires – du centre et du sud du Massif : l’Aubrac … ».

L’Aubrac cité 7 fois dans les Carnets du Grand Chemin

Carnets du grand chemin de Julien Gracq

Puis revoyons, l’homme tenu, austère au volant de l’une des quatre 2CV qu’il usa au cours de sa longue vie de vagabondages intermittents : « tout ce qui subsiste d’intégralement exotique dans le paysage français me semble toujours cantonner là : c’est comme un morceau de continent chauve et brusquement exondé… Tonsures sacramentelle, austères dans notre chevelu arborescent si continu, images d’un dépouillement presque spiritualisé du paysage, qui mêlent indissolublement à l’usage du promeneur, sentiment d’altitude et sentiment d’élévation » (Carnets du grand chemin, Editions Corti)

Julien Gracq parle à sept reprises du paysage de l’Aubrac, usant pour raconter le sentiment qui l’envahit arrivant au plateau, de l’expression « mer de la lune », « ces hauts plateaux déployés où la pesanteur semble se réduire comme sur une mer de la lune » C’est cette horizontalité suspendue qu’il retrouve dans les villages dont l’organisation lui semble obéir à « un gout électif du pentu »

Pourtant, il n’est pas originaire de la région mais du village de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire) où il naît en 1910, non loin de la ville d’Angers et où il meurt en 2007.

Enfin aussi étrange que cela puisse paraître, rien de plus facile d’imaginer l’auteur d’Un balcon en forêt, une bouteille et un pliant tire-bouchon Forge de Laguiole manche en ébène à la main. Non content d’être un dégustateur de vin éclairé, Julien Gracq fut également un viticulteur amateur extrêmement précis, possédant et cultivant des vignes dans le parc-jardin de sa maison à Saint-Florent-le-Vieil.

La Forge de Laguiole ne peut que lui rendre hommage avec ce couteau laguiole pliant manche satiné en ébène avec tire-bouchon

couteau laguiole pliant manche satiné en ébène avec tire-bouchon

 

 

Retrouvez également nos idées de visites touristiques et balades en Aubrac

 

You must be logged in to post a comment.

Fermer

Votre panier est vide.